Commandez
nos vins en ligne !
Chateau Viella

Notre Histoire &

Le Château

Au commencement,

le Marquis de Viella

Au commencement,

le Marquis de Viella

Le marquis de Viella était, avant la révolution, seigneur des terres de Viella, Cannet, Laguian en Armagnac, Daubons et Lherm en Béarn.

En 1763, il fit reconstruire le château d’après les plans d’un officier d’état-major, son ami. D’une habitation sans doute assez modeste, comme l’étaient la plupart des maisons seigneuriales du pays, il a fait un beau château à « la mode de France », selon l’expression du temps, c’est-à-dire à hautes toitures en ardoise. De belles voûtes couvrent le rez-de-chaussée ; les salles des trois étages supérieurs sont vastes et parées avec un luxe de tapisseries et de tentures qui faisaient forte impression à cette époque.

En 1789, contraint par la Révolution française, le Marquis se cache à l'étranger. Cette demeure passa dans les mains étrangères qui heureusement la respectèrent. Les acquéreurs des biens nationaux n’étaient pas tous sans pitié, ils laissèrent les vieux parents des émigrés achever leur douloureuse vieillesse à l’abri du toit patrimonial.

A peine revenu d’émigration, le marquis de Viella racheta le château par acte du 9 floréal an XI. Il y demeura rarement. 

 

Après le marquis,

Melle de Montastruc

Après le marquis,

Melle de Montastruc

Ce n'est que quelques années plus tard que la nièce du marquis pris son relais et y maintenu pendant plus de soixante ans, par ses vertus, toute la dignité de son illustre descendance. C’est Thérèse-Louise-Charlotte-Monique d’Aure, appelée Melle de Montastruc. 

Seule dans son grand château, avec son petit nombre de serviteurs fidèles, Melle de Montastruc ne connaissait plus d’autre occupation que de faire le bien. Tous les habitants de Viella l’entouraient de ces respectueux égards qu’une vie exemplaire impose. Elle mourut au mois de novembre 1867, et bientôt après M. le marquis et Mme la marquise de la Baume-Pluvinel, ses cousins,  vendirent la terre et le Château de Viella.

Les différents propriétaires

jusqu’à aujourd’hui

  • 22 Décembre 1868 : M. Louis Lacave La Plagne et M. Joseph Sylvain Gustave Lacave La Plagne
  • 06 Décembre 1895 : Elisabeth Henriette Marie Séraphine Alice de La Baume-Pluvinel
  • 14 Avril 1922 : Jules Ambroise Dublanc
  • 27 Décembre 1952 : Pierre Bortolussi

Quelques dates clés

Quelques dates clés

1952

C’est Pierre BORTOLUSSI, originaire du nord de l’Italie qui exploite la propriété depuis une vingtaine d’années. Il fait l’acquisition du Château de Viella, imposante bâtisse du XVIIIème siècle qui surplombe le coteau, mais surtout de ses vignes qui bénéficient d’une excellente exposition. La demeure est alors à l’abandon, envahie par la végétation, la façade arrière effondrée sur un étage. La suite est assurée par son fils, Paul, qui s’attèle à faire prospérer l’exploitation agricole.


1991

Alain, le fils de Paul, reprend les 9 hectares de vignes du domaine familial dont les vins étaient destinés à la vente aux négociants et entreprend l’arrachage progressif de ces vignes de qualité moyenne pour replanter près de 25 hectares sur des sols de grands terroirs.


1995

Installation de la chaîne d’embouteillage et d’étiquetage


1996

Achat de matériel de maîtrise de températures des moûts et des vins

1998

Installation du procédé de micro-oxygénation


1999

Adhésion à la SICA ALTEMA : groupement de 20 vignerons de l’appellation qui ont décidé de mettre en commun leur savoir-faire et leur passion pour avancer ensemble.


2003 – 2005

Alain se lance l’ambitieux défi de redonner vie au vieux Château du Marquis de Viella, et entame alors de lourds travaux de reconstruction. Pour sauvegarder ce bâtiment à l’architecture représentative de la région, il fait appel à une entreprise spécialisée dans la réfection de monuments historiques qui utilise les techniques du bâti ancien (maçonnerie de moellons hourdés à la chaux, pierre de taille en grès et en pierre grise, enduit et badigeons au mortier de chaux grasse). 

Pour permettre aux visiteurs et clients de découvrir le nouveau visage du Château de Viella, Alain aménage un parcours pédestre ludique à travers ses vignes qui aboutit au pied de cette majestueuse bâtisse : Les Jardins d’Aure. Cette promenade est agrémentée par différentes réalisations : la tonnelle, la cabane dans l’arbre, le jardin des senteurs, la fontaine … 

Le rez de chaussé voûté du Château est lui aménagé en chai de vieillissement pour les barriques de Madiran, avec une température et hygrométrie constantes. Les salles du premier étage, elles, sont destinées à l’organisation de réceptions autour du vin.

2014

Création d’ateliers ludiques et gourmands pour donner une ampleur différente à la dégustation des cuvées emblématiques du Château : Tartines oeno-gourmandes et Mon Madiran à Moi !


2015

Rénovation d’une partie des dépendances du Château, et création d’un gîte de caractère classé 4 épis pour proposer de rallonger les escales et séjourner au cœur du vignoble.

2016

Claire et Marion Bortolussi reviennent aux côtés de leur père Alain pour être la quatrième génération de vignerons.

Marion diplômée en viticulture - œnologie s’attèle à prendre la suite de la culture de la vigne et du travail d’élaboration des vins. Claire se charge des aspects de gestion, d’accueil et commercialisation. 


2017

Obtention du label Haute Valeur environnementale de niveau 3 : une reconnaissance officielle de la performance environnementale des viticulteurs et des agriculteurs.

Connaître son terroir, être à l'écoute de nos vignes, ne pas se résigner à suivre des pratiques sans se questionner ... ceux qui connaissent la famille Bortolussi, savent bien que ce combat ne date pas d'hier. C'est malgré tout avec une fierté particulière et une soif de continuer à porter haut leurs efforts que l’obtention de la certification encourage la poursuite des actions. 

La Haute Valeur Environnementale (HVE) s’appuie sur des indicateurs de performance environnementale qui portent sur l'intégralité de l'exploitation. La certification permet d'attester que les éléments de biodiversité (haies, bandes enherbées, arbres, fleurs, insectes…) sont très largement présents sur l'exploitation et que la pression des pratiques agricoles sur l'environnement (air, climat, eau, sol, biodiversité, paysages) est réduite au minimum.

2018

Inspirée par ses voyages et son questionnement sur les changements climatiques, Marion agrémente à son tour le début des Jardins d’Aure en plantant un conservatoire de 8 cépages habituellement implantés à l’étranger ou presque oubliés.


2019

Organisation des premières Vendanges Touristiques pour plonger en immersion et vivre l’expérience de cette étape si symbolique.


2020

 Claire et Marion travaillent sur la refonte des habillages des vins : garder l’identité historique du domaine et apporter leur définition de ce que doivent désormais représenter leurs cuvées dicte leur choix. 

 

A suivre … 

Alain a toujours été attentif à un grand respect des sols pour une expression maximale du terroir (pas de fertilisant chimique, si besoin apport de compost à base de fumier de vache, alternance de travail du sol et d’enherbement suivant l’hygrométrie des parcelles etc). 

Il ne manquait que l'impulsion de Marion et la volonté de concrétiser ensemble un travail de longue date pour entamer la conversion en agriculture biologique du vignoble à partir du mois d'août 2020.

C'est de façon toute naturelle que nous nous lançons ce nouveau défi, et sommes impatients de pouvoir partager notre expérience avec vous. 

Retrouvez toute l’actualité de Château Viella sur nos

réseaux sociaux

facebook instagram
scroll